Critique : Turmoil (accès anticipé)

turmoil

logo

Disponible en accès anticipé sur PC via Steam depuis juin 2015, Turmoil est un jeu développé et édité par Gamious. Il nous offre une plongée au cœur de l’Amérique du Nord du 19ème siècle et nous lance à la conquête de l’or noir, le pétrole. Jeu de gestion et de simulation indépendant, Turmoil ne paye pas de mine et pourtant il nous cache quelques bonnes petites surprises.

Far West et conquête du pétrole

Turmoil s’inspire donc de la course au pétrole qui a eu lieu au 19ème siècle en Amérique du Nord et des débuts de cette industrie florissante. Nous y prenons les commandes d’un chercheur de pétrole que nous choisissons parmi 4 personnages différents, soit deux hommes et deux femmes. Le choix n’a aucune importance étant donné que celui-ci ne donne droit ni à un bonus ni à des caractéristiques ou à des spécificités propres au personnage que nous incarnons. La seule chose à notre disposition est une courte biographie qui explique en quelques mots notre histoire et d’où nous venons, rien de plus. Ce choix est surtout là pour poser une tête sur notre avatar et pour avoir une identité afin de nous différencier des autres personnages. D’ailleurs, une fois notre personnage sélectionné, nous nous retrouvons en concurrence avec les 3 autres dans la course au pétrole. Le but étant, bien évidemment, de devenir le plus riche de tous, d’être le roi ou la reine de l’or noir.

Passons aux préparatifs

TurmoilUne fois les formalités complétées, nous débarquons dans un petit village digne d’un western. Vide au départ, celui-ci se remplit rapidement de quelques bâtiments. Le passage par la ville est obligatoire avant de pouvoir s’attaquer au cœur du jeu, la recherche de pétrole. Cette ville est composée de différents lieux : une banque dans laquelle nous pouvons effectuer des prêts lorsque nous nous trouvons à court de liquidités, une mairie où s’effectuent les enchères pour choisir le terrain que nous souhaitons forer, un saloon qui permet de payer les industriels pour obtenir des bonus pour notre saison de forage à venir, une fabrique où l’on peut se procurer des améliorations pour notre matériel de forage, un magasin pour acheter de nouvelles options et améliorations et, enfin, une étable pour tout ce qui concerne les chevaux.

Oct_2015_08La fabrique, le magasin et l’étable sont des lieux importants puisqu’ils permettent d’obtenir diverses améliorations. Il est possible par exemple d’agrandir le champ de recherche des sourciers afin qu’ils détectent les nappes de pétrole profondément ancrées dans le sol, d’acheter de nouveaux outils ou encore d’agrandir la taille des terrains que nous forons. L’amélioration du matériel de forage est un point important du jeu puisqu’il est nécessaire pour pouvoir évoluer et gagner un maximum d’argent. Toutefois, ces améliorations coûtent cher et demandent donc au joueur d’avoir déjà gagné de quoi les payer. Ça reste une étape obligatoire pour avancer dans le jeu.

Il faut forer pour devenir foreur

Oct_2015_02Après être passé par la case enchère et s’être battu avec les autres concurrents pour obtenir le terrain désiré, nous pouvons débuter notre saison et commencer à forer le sol en quête de pétrole.

Il faut savoir qu’une saison de forage est chronométrée. Celle-ci dure, dans le jeu, un an, ce qui correspond à une durée réelle d’environ 15 minutes. C’est court. Ça peut sembler long, mais en réalité c’est assez court, notamment quand nous tombons sur un terrain très juteux ou, à l’inverse, sur un terrain pauvre. Cela oblige à ne pas perdre de temps dès le début de la partie et à rapidement trouver les endroits où forer.

Oct_2015_03Pour cela, différents outils sont à notre disposition, certains inclus de base, d’autres à acheter par la suite.

Pour trouver les poches de pétrole, il faut employer des sourciers qui se promènent sur le terrain avec leur baguette et scannent le sol. Dès qu’ils trouvent quelque chose, ils nous font signe. À nous ensuite de poser un ou plusieurs puits de pétrole et de creuser jusqu’au bon endroit. Attention toutefois, le poche peut être à la surface comme en profondeur, ce qui peut coûter très, très cher. Sachant que nous débutons une saison avec seulement 2000 $, il faut les gérer correctement, ne pas les utiliser pour n’importe quoi, au début tout du moins. D’autant plus que, pour gagner de l’argent, il faut vendre le pétrole récupéré, ce qui n’est pas automatique. Nous sommes donc obligés de prévoir des chevaux équipés de wagons pour récupérer et transporter le pétrole. Si l’argent de départ a été intégralement dépensé et que nous avons oublié de se procurer des chevaux, aucune autre solution que celle de faire un prêt, ce qui n’est pas vraiment génial pour un début de partie.

De l’argent, de l’argent et surtout de l’argent

Le but de Turmoil reste tout de même de se faire le plus d’argent possible. Ce pétrole que nous récupérons, il faut le vendre au risque de se retrouver sur la paille. C’est pourquoi se trouvent, de part et d’autre de l’écran, deux usines : Left Inc et Right Inc. Ces usines sont là pour nous racheter le pétrole que nous avons récupéré, mais elles se trouvent en compétition l’une avec l’autre. Elles proposent des prix de rachat qui varient au cours de la saison pouvant passer de 0,50 $ à 1,50 $. Le prix de rachat peut même redescendre à 0,20 $. Il est donc nécessaire de toujours garder un œil sur les prix des deux usines pour vendre au bon moment et à la bonne personne. Cependant, il peut arriver qu’aucune des deux usines ne soient intéressantes. Afin d’éviter de vendre à perte, nous pouvons alors poser des silos qui nous permettront de stocker le pétrole et de le vendre au plus offrant au moment opportun. Il faut savoir attendre si nous désirons réaliser les plus gros bénéfices, mais il faut le faire au bon moment.

Oct_2015_04

Simple mais efficace

Pour définir Turmoil, trois mots suffisent largement : simple mais efficace. Turmoil est un jeu simple mais efficace et cela se ressent parfaitement dans le gameplay, mais également dans le design ou la réalisation du jeu. Turmoil est modeste pour ce qui est de sa réalisation. Il propose une interface épurée avec juste ce qu’il faut où il faut et rien de plus, le strict nécessaire pour une compréhension rapide. C’est suffisant et en faire plus n’apporterait rien. Le gameplay, lui, s’avère plutôt ambitieux. Nous découvrons rapidement les mécaniques de jeu pour comprendre qu’il faut quand même une période d’adaptation pour les assimiler correctement. C’est aussi le cas avec les améliorations achetées qui apportent un petit plus au gameplay du titre. Ça n’a rien de complexe, mais ça demande un peu d’entraînement pour maîtriser le tout, ce n’est pas avec une petite partie que nous devenons champion foreur de pétrole. Commettre quelques erreurs est une rite de passage pour comprendre le fonctionnement exact du jeu. Ce qui est bien, c’est que Turmoil est ouvert aux techniques disons expérimentales. Nous pouvons donc jouer un peu à notre façon, aussi bien à l’aveugle qu’en suivant un ordre de tâches spécifiques. Le risque peut d’ailleurs payer, parfois!

turmoil

…malgré quelques petits défauts

Turmoil est bien fait. Nous dénotons quand même quelques petits soucis. Dans un premier temps, c’est l’aspect répétitif qui se révèle un peu gênant. Nous effectuons toujours des tâches identiques et, même si les saisons ne sont pas exactement les mêmes, le manque de contenu et de diversité dans le gameplay pose problème. Les problématiques à résoudre, les problèmes techniques, les trucs à gérer, une gestion plus développée font en sorte qu’il est difficile de ne pas s’ennuyer à un moment donné.
Même si nous prenons plaisir plaisir à jouer, une fois la phase découverte passée, nous raccourcissons le temps de jeu. C’est fun, ça fait passer le temps, ça permet de se reposer un peu, mais au bout d’un moment nous nous lassons.

De plus, à l’heure actuelle, l’interface est très rude. Certes, elle est efficace, comme je le disais, tout y est clair. Mais elle est trop brute pour être vraiment agréable. Il s’agit d’une version alpha, il est donc normal que tout ne soit pas parfait. Sur le plan visuel, c’est simple et amplement suffisant. Le style choisi par Gamious correspond au jeu et lui donne un certain caractère.

turmoil

Verdict
Résuméwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.comwww.dyerware.com
Sans être forcément innovant, le concept de Turmoil se montre intéressant et original, notamment grâce au thème qu'il exploite. Nous apprécions cette course menée pour essayer de gagner plus d'argent que les autres, nous observons les statistiques de notre partie après chaque saison et nous tâchons de les améliorer à chaque fois. Le petit aspect scoring est un plus pour Turmoil. Toutefois, Turmoil est loin d'être optimal sans pour autant que tout soit à mettre à la poubelle. La version alpha manque encore un peu de contenu, de finition et de travail. Cela dit, Turmoil dispose d'ores et déjà de bonnes bases, des bases suffisamment solides pour que le titre puisse fonctionner et devenir un bon jeu à l'avenir après encore un peu de développement et de consolidation.

Même si Turmoil est un jeu plaisant, il faut y passer une bonne heure ou deux avant de l'apprécier pleinement, le temps de prendre en main le gameplay et de pouvoir débloquer et améliorer ce qui est nécessaire. Il ne fait en tout cas aucun doute que Gamious comblera sans souci les lacunes du jeu.
Une chose est sûre, Turmoil est un jeu très addictif. Le style de jeu avec lequel nous avons du mal à décrocher une fois que nous nous y sommes mis à fond.
Nous espérons donc voir rapidement de nouveaux contenus et les améliorations pour vraiment juger du jeu dans sa version finale !

 

Fiche technique

Développeur : Gamious
Éditeur : Gamious
Genres : simulation et gestion
Nombre de joueurs : 1
Plateforme : PC (Steam)
Date de sortie : 5 juin 2015 (accès anticipé)
Configuration requise : Windows Vista/7/8/10, processeur 2,5 Ghz et 2 Go de RAM
Prix : 9,99 $

2 commentaires sur “Critique : Turmoil (accès anticipé)”

  1. Ping : Turmoil : des nouveautés dans l'accès anticipé - Gamer Québec - Gamer Québec

Les commentaires sont fermés.