Orchestre à vents Select Start : une réussite sur toute la ligne

orchestre a vents select start logo

Ce qui a débuté comme une idée un peu folle pour le musicien Bruno-Pierre Gagnon au mois de septembre 2017 s’est matérialisé en sons et images vendredi dernier à la salle Henri-Gagnon du pavillon Louis-Jacques Casault de l’Université Laval. Désireux d’allier sa passion pour les jeux vidéo à celle de la musique, le trompettiste a été en mesure de rassembler plusieurs volontaires talentueux pour mener à bien son projet. Quelques mois plus tard et après de nombreuses répétitions, le chef d’orchestre menait plus de 40 musiciens dans cette grande aventure.

Les passionnés ont répondu à l’appel en grand nombre : c’est devant une salle presque comble que l’orchestre à vents Select Start a livré sa toute première prestation. Le concert a débuté avec le classique The Legend of Zelda: A Link to the Past et ses nombreuses mélodies inoubliables. Après, c’était au tour de Final Fantasy VI de nous émerveiller avec son quatrième mouvement : l’opéra Maria et Draco. Les grands succès ont continué avec une excellente symphonie de Donkey Kong Country 2 et l’une des pièces maîtresses de Koji Kondo, The Legend of Zelda: Ocarina of Time.

Après un premier entracte enivrant, la seconde partie du concert a fait place à quelques arrangements plus succincts, mais tout aussi agréables. Bruno-Pierre Gagnon et ses musiciens ont frappé fort avec un medley des premiers Mega Man, enchaîné de la musique-thème de Tetris. Pour les amateurs de jeux de rôle, il y avait une belle surprise en Ni No Kuni et sa rythmique unique. Le concert s’est terminé sur une version personnalisée et très chouette des crédits de Super Mario World. C’était sans compter sur un rappel après une ovation soutenue de la foule en liesse. Et quoi de plus impressionnant pour conclure une telle aventure musicale que de nous offrir la chanson Gerudo Valley version 30e anniversaire de la série The Legend of Zelda!

Pour une première, l’orchestre à vents Select Start a de quoi être fier : les musiciens étaient en parfaite symbiose. Le côté technique a très bien été exécuté avec un choix de séquences vidéos qui collaient parfaitement aux musiques jouées. D’un point de vue très personnel et si j’avais à couper les cheveux en quatre, j’aurais préféré qu’il y ait un peu plus de place à d’autres séries que Zelda qui occupait somme toute une bonne partie du concert. De plus, je crois que Ni No Kuni était un choix intéressant, mais peut-être trop niché pour un tel concert. Je crois qu’il y a avantage à viser large. D’un autre côté, il était rafraîchissant d’entendre un jeu méconnu avec une trame sonore aussi étoffée.

J’ai bien hâte de revoir l’OSS à l’automne, période confirmée pour un second concert qui devrait susciter lui aussi beaucoup d’intérêt.